30/03/19
Détention administrative : agir pour Ayman Nasser, Assication palestinienne ADAMEER de soutien aux prisonniers politiques

 

Le 10 mars 2019, le tribunal militaire israélien d’Ofer, dans les territoires palestiniens occupés, a approuvé le renouvellement de la détention administrative d’Ayman Nasser pour six mois supplémentaires. Depuis le 17 septembre 2018, Ayman Nasser est détenu sans inculpation ni procès à la prison d’Ofer, près de Ramallah, en Cisjordanie. Cet homme est coordonnateur du service juridique d’Addameer, une ONG palestinienne de défense des droits humains et de soutien aux prisonniers. Sa détention devrait désormais prendre fin le 7 septembre 2019 [...]

Le 9 septembre 2018, Ayman Nasser a été arrêté par les forces israéliennes lors d’une descente nocturne à son domicile, dans le village de Saffa, près de Ramallah, dans les Territoires palestiniens occupés (TPO). Âgé de 48 ans et père de quatre enfants, il travaille depuis 2008 pour l’ONG palestinienne de défense des droits humains et de soutien aux prisonniers Addameer, où il a débuté en tant que chercheur avant de devenir coordonnateur du service juridique. Il est également le président et l’un des fondateurs du centre culturel Handalah, dans le village de Saffa, créé en 1998 pour permettre aux jeunes du village de participer à diverses activités (danse, sport, activités artistiques et éducatives). Il est titulaire d’une licence en travail social et d’une maîtrise en socio-psychologie pédagogique de l’université al Qods, à Abou Dis (à l’est de Jérusalem).[...] D’après Addameer, les 20 et 21 janvier 2019, les Forces spéciales israéliennes ont effectué des descentes dans les secteurs 17, 11 et 15 de la prison d’Ofer, au cours desquelles plus de 150 détenus palestiniens ont été blessés. Ayman Nasser, qui est incarcéré dans le secteur 11, a reçu des coups et souffert d’asphyxie à cause des jets de gaz lacrymogène. Selon Addameer, les forces israéliennes ont eu recours à des matraques, des chiens, des pistolets paralysants, des bombes lacrymogènes et des balles en métal recouvertes de caoutchouc à l’intérieur de pièces fermées, mettant en danger la vie de prisonniers. Ces descentes ont occasionné d’importants dégâts et des saisies d’effets personnels de détenus par les agents lourdement armés.

PASSEZ À L’ACTION (lettre international /email / fax) : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Voir sur le site d'Amnesty International



  20/02/19

Israël bloque 138 millions de dollars

d’aide aux Palestiniens

         

Parrainer un prisonnier

politique palestinien

Selon le gouvernement de Benyamin Netanyahou, ce montant correspondrait aux allocations versées en 2018 par l’Autorité palestinienne à des « terroristes emprisonnés, à leurs familles et aux anciens détenus ». Une décision immédiatement contestée par les dirigeants palestiniens.

Israël a annoncé ce dimanche son intention de geler 138 millions de dollars (122 millions d’euros) qu’il devait verser aux Palestiniens.

Selon les autorités israéliennes, ce montant correspond aux allocations versées en 2018 par l’Autorité palestinienne à des « terroristes emprisonnés, à leurs familles et aux anciens détenus ».

Le gouvernement israélien doit reverser régulièrement à l’Autorité palestinienne la TVA et les droits de douane qu’il prélève sur les produits importés par les Palestiniens. Mais en juillet 2018, le Parlement israélien a voté une loi visant à geler ces versements à hauteur du montant des allocations accordées par l’Autorité palestinienne aux auteurs d’attaques anti-israéliennes et à leurs familles.

« C’est une grave décision que vient de prendre le gouvernement israélien, réagit Saëb Erekat, le numéro 2 de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) sur RFI, nous la condamnons avec la plus grande sévérité. C’est de la piraterie, d’abord parce qu’il s’agit de notre argent. Il s’agit de notre fonds et ce sont nos familles, nos enfants, nos filles, nos fils, nos mères, qu’ils veulent affamer. »



 

15/01/19

Voir la vidéo de l'arrestation

de Tareq Hikmat, 14 ans

 

 

Source: Addameer (http://www.addameer.org/statistics)

      Il est rare que Murad Shtaiwi nous transmette des vidéos concernant les manifestations du vendredi qui demandent la réouverture de la route de son village vers Naplouse bloquée par une colonie (voir plan ci-joint).
Regardez cette fois-ci : La vidéo ne dure pas plus de 3 minutes et concerne l'arrestation d'un enfant de 14 ans, Tareq Hikmat Shtaiwi, kidnappé dans la maison de son oncle par un groupe de soldats israéliens surarmés. Tarek est défendu par sa mère et ses tantes : Quelle violence de cette armée face à des femmes aux mains nues !
Qu'a fait Tarek pour mobiliser cette force disproportionnée ? Murad n'en parle même pas dans son message. C'est tellement habituel pour les Palestiniens.
Sans doute participe-t-il aux manifestations hebdomadaires et lance-t-il des pierres contre cette injustice omniprésente depuis sa naissance.
Il a sans doute été repéré dans des photos prises au cours de ces manifestations par les appareils israéliens


Murad conclut son message par :

"Cette vidéo est très triste et difficile à décrire ; aussi, s'il vous plaît, regardez-là". 



  17/11/18


Signez l'appel

pour la libération

des enfants prisonniers

Premiers signataires au niveau régional : AFPS Alsace, Cimade Alsace-Lorraine,
CJACP, DIDF, Femmes Egalité, Justice et Libertés, Mouvement de la Paix Bas-Rhin,
MRAP, PCOF, UJFP, UJR

Accès à la pétiton



 

13/04/17

Grève illimmitée des prisonniers politiques palestiniens

Lire article de l'Humanité du 13/04/17

et l'appel de Marwan Barghouti



Campagne de soutien aux prisonniers politiques palestiniens

Affiche

Environ 6500 prisonniers sont détenus à ce jour (septembre 2018) dans les prisons israéliennes dont des femmes, des enfants, des personnes âgées et des personnes malades, en toute illégalité au regard du droit international. Ils ont besoin de notre solidarité.

voir infographie : les prisonniers politiques palestiniens - campagne de soutien

En parrainant un prisonnier par l'intermédiaire de sa famille, vous vous engagez à lui écrire régulièrement (*)

(*) le parrainage est un soutien moral uniquement, à l'exclusion de toute intervention financière. le soutien financier des prisonniers et de leur famille est du ressort des associoations et institutions palestiniennes

 
Rejoignez le groupe"prisonniers" de l'AFPS Alsace

Renvoyer le formulaire de contact aux correspondants du groupe "priosnniers de l'AFPS Alsace

Contacts :

Pour le Bas-Rhin        Bruno de Butler       06 71 61 15 83
Pour le Haut-Rhin Christian Rubechi 06 64 26 18 17
Catherine Hueber 06 83 20 69 04
Sabine Delmas  06 33 38 63 92

afps.alsace.solidarite@gmail.com



Haut de page :: Liens :: Contactez-nous :: Adhésion :: Faire un don :: Mentions légales