10/11/18

Non, mille fois non, à l’invitation de Trump et Netanyahou au « forum de Paris sur la paix » le 11 novembre

L’Association France Palestine Solidarité tient à exprimer son indignation devant l’invitation de Benyamin Netanyahou et de Donald Trump aux cérémonies du 11 novembre et au « forum de Paris sur la paix » organisé à cette occasion.

Netanyahou, Premier ministre du gouvernement d’extrême-droite d’Israël, le promoteur de la colonisation à outrance, le chef du gouvernement qui ordonne à son armée de tirer sur les manifestants pacifiques à Gaza, faisant depuis le 30 mars plus de 200 morts et 15.000 blessés dont plus de 5000 par balles le plus souvent mutilantes ; Netanyahou, qui a poussé les feux pour l’adoption de la loi sur « l’État nation du peuple juif », une loi qui instaure l’apartheid, nie tout droit à l’autodétermination du peuple palestinien, promeut la colonisation comme grande cause nationale… Netanyahou, qui encore récemment a poussé à la peine de mort pour les seuls Palestiniens… Netanyahou, le criminel de guerre, invité au forum sur la paix ?

Trump, le président des États-Unis qui diffuse tous les jours la haine et les mensonges, qui déchire les accords internationaux, qui met le feu en déplaçant à Jérusalem son ambassade en Israël en violation du droit international, qui coupe les vivres aux agences de l’ONU notamment l’UNRWA. Trump, le fauteur de haine, invité au forum sur la paix ?

Si l’on veut garder un sens au mot « paix », si l’on veut commémorer dans la décence les guerres du 20ème siècle en agissant pour que jamais elles ne se reproduisent, il faut aussi savoir s’opposer aux fauteurs de guerre et aux fauteurs de haine d’aujourd’hui. Aucune raison d’État ne justifie d’inviter ces criminels à une célébration des valeurs de paix.

La paix passe par la justice, le respect de l’Autre, le respect du droit international et du droit humanitaire. A l’opposé des valeurs de haine promues par Trump et Netanyahou.

Le 11 novembre, nous manifesterons contre la venue en France de ces sinistres personnages, et contre l’indécence de leur invitation à la commémoration de valeurs de paix.

Le Bureau national de l’AFPS
8 novembre 2018

 

 




  22/10/18




  30/09/18

Lettre d'Elsa Lefort, compagne de Salah

Ce dimanche 11h 55  :

Salah libéré !!!

Merci à tous ceux qui ont soutenu son combat !

 

Cette fois, la détention administrative de Salah Hamouri n’a pas été prolongée, et il est aujourd’hui de sa prison après plus de 400 jours de détention sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui.
Enfin libre, mais après 400 jours de détention dans des conditions difficiles, 400 jours de privation de sa liberté, de toute relation avec son épouse et son jeune fils qui aura grandi sans lui. 400 jours volés à son activité professionnelle alors qu’il venait de passer son diplôme d’avocat.
400 jours emblématiques de la situation des prisonniers politiques palestiniens, condamnés dans des conditions arbitraires ou subissant le scandale de la détention administrative.

 

Avec tous les militants et les élus qui ont œuvré pour sa libération, nous nous réjouissons de la libération de Salah Hamouri, tout en observant que ces 13 mois de détention auront été un affront pour notre pays, et le symbole de l’injustice subie par les 6000 prisonniers politiques palestiniens actuels, dont 300 enfants et 400 détenus en détention administrative, et toutes celles et ceux qui ont été antérieurement emprisonnés.
Il est urgent maintenant que sa famille puisse être réunie pour vivre à Jérusalem, comme c’est leur demande parfaitement légitime. Nous demandons au gouvernement français de tout faire pour que cette demande puisse être satisfaite. Salah doit pouvoir aussi voyager librement, et nous nous ferons une joie de le recevoir en France.

Le Conseil national de l’AFPS

 

Libération de Salah Hamouri ?... Pour le moment (11h ce jour) aucune confirmation.....une chronique de France Inter

https://www.franceinter.fr/monde/la-liberation-du-franco-palestinien-salah-hamouri-attendue-ce-dimanche

  22/09/18

 

La peine de Salah Hamouri s’achève le 30 septembre mais rien ne garantit que sa détention administrative ne soit pas une nouvelle fois renouvelée.

AGISSONS

INTERPELLONS LE PRÉSIDENT MACRON avec le hashtag : #LiberezSalah !

 




 
14/09/18 L'interview d'Ahed à France24 d'Ahed Tamini

 

Malgré l'interdiction de sortie du territoire prononcée dans un premier temps par les autorités israéliennes à l'encontre de la famille d'Ahed Tamini, invitée à la Fête de l'Humanité, la mobilisation et les pressions venues de toutes part ont abuti à la levée de cette interdiction.

Ils sont arrivés aujourd'hui vers 18 heures et ont participé àm'inaugiuration du stand AFPS !

A l'Huma et à l'AFPS...

On lâche rien !

______________________

"Merci au peuple français pour sa solidarité !

Mais je veux préciser : nous ne sommes pas des victimes de l'occupation. Nous sommes des combattants contre cette occupation.

Aussi je ne vous invite pas à toujours plus de solidarité... Je vous invite à devenir partenaires d'un combat que nous devons mener ensemble pour la défense des valeurs que nous partageons !"

Ahed Tamini

Intervention d'Ahed Tamini à l'inauguration du stand AFPS, à la f^te de l'Humanité 2018

 

 




 

08/09/18

Nous vous proposons d’alerter et interpeller élu.e.s et autorités

 françaises pour imposer aux autorités israéliennes le respect des droits

 fondamentaux de la famille Tamimi !

Voir comment écrire au ministère des affaires étrangères et à la présidence de la République

L'AFPS Alsace a envoyé le mesage ce jour




 

03/09/18

Communiqué du bureau national de l'AFPS




 

01/09/18

publié ar "the guardian"

Ne laissez pas la science légitimer l’occupation israélienne des territoires palestiniens

Des universitaires expriment leur inquiétude à propos d’un colloque scientifique devant se tenir dans une colonie de Cisjordanie occupée

https://www.aurdip.org/ne-laissez-pas-la-science.html

https://www.aurdip.org/plus-de-la-moitie-des.html




 



 

20/07/18

Voir le communiqué du bureau national de l'AFPS accmpgn du texte de loi




  16/07/18

50 raids aériens israéliens...

voir : Un été meurtrier (article de lHumanité)

          Les dégâts humains de la répression de la Grande Marche à Gaza (ONU-OCHA)

          La Nakba contunue en Cis Jordanie (ONU-OCHA-Commentaires AFPS)




  10/07/18

signez la pétition




 

09/07/18

La France main dans la main avec l’armée israélienne ?

Pour la 1ère fois depuis 55 ans, deux bâtiments de la marine de guerre israélienne ont participé à Toulon à des manœuvres communes avec la flotte française en présence du chef de la marine israélienne.

La déclaration israélienne, rapportée par l’AFP, précise qu’elles ont visé à faire face à des attaques « asymétriques » venant de petits bâtiments et à « tester nos communications en vue d’une attaque commune ».

Il s’agit d’une démarche inacceptable qui rompt avec la politique initiée par le général de Gaulle en 1967 et renoue avec la « fraternité d’armes » de la calamiteuse expédition coloniale de Suez en 1956.

Un message particulièrement choquant à l’heure où la France se ridiculise en empêchant les petits bateaux de la flottille de la liberté de mener à bien leur mission vers Gaza.

Que signifie aujourd’hui en effet « une attaque commune » avec cette marine de guerre, qui sème la terreur de façon récurrente à Gaza en y menaçant ou attaquant chaque jour les pêcheurs ? Qu’est-il donc arrivé à la France à l’heure où Israël, encouragé par Trump, vise ouvertement l’Iran et risque de mettre toute la région à feu et à sang ?

Le Bureau national
9 juillet 2018




 

04/07/18

ACHARNEMENT DES AUTORITES ISRAELIENNES CONTRE LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTNIENS !...

 

Salah Hamouri : 3 mois de plus en détention administrative

Communiqué du Bureau national 28 juin 2018

 

Fonds pour les prisonniers : les Palestiniens fustigent la nouvelle loi israélienne

Le Figaro avec AFP – 04/07/18




  03/06/18

Non à la venue en France du criminel de guerre Netanyahou!

Communiqué de presse AFPS Alsace - Communiqué de presse syndicats de journalistes

 

Les morts ont un visage, ce ne sont pas que des nombres.  Celui de la jeune infirmière bénévole Razan Achraf Al-Najjar,(*) assassinée à Gaza par l'armée israélienne le 2 juin dernier  interpelle notre regard. Un visage qui s'ajoute à la longue liste des 120 morts et des milliers de blessés victimes ces dernières semaines des snipers de l'armée israélienne.

Elle avait 21 ans et tout l'avenir devant elle. Un soldat israélien, obéissant aux ordres de son gouvernement a décidé, depuis la lunette de visée de son fusil, de briser cette vie et cet avenir.

Elle faisait partie des équipes de secours de notre partenaire PMRS (Palestinian Medical Relief Society), qui nous rappelle dans son communiqué que le fait de viser du personnel médical, ou des civils désarmés, est un crime de guerre.

Le crime de guerre a aussi un visage, c'est celui de Benyamin Netanyahou, qui en est le commanditaire en chef. Il a des complices, notamment les États-Unis, qui viennent de mettre leur véto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour la protection du peuple palestinien. 

(*) voir la video

Il a un carburant, qui s'appelle l'impunité : impunité à laquelle la France participe tant qu'elle continue à se contenter de mots face à ces crimes de guerre.

Comment, dans ces circonstances, le président de la République peut-il maintenir l'invitation faite à Benyamin Netanyahou à venir en France, mardi prochain ? Comment le Président de la République pourrait-il en maintenant cette visite associer l’image de France à celle de ce criminel ?

L’AFPS Alsace s’associe aux protestations contre la visite en France du criminel de guerre Netanyahou, responsable de l’effroyable massacre qui vient d’être commis et qui se poursuit aujourd’hui encore contre la population de Gaza manifestant contre le siège moyenâgeux imposé par son gouvernement.

Il est temps de passer des paroles aux actes, et de sanctionner l’État d'Israël. Les « réticences polies » ne suffisent plus ! Nous demandons l'annulation de la visite de Benyamin Netanyahou, et l'annulation de la saison croisée France-Israël.

 

c

Communiqué de presse AFPS Alsace




 

19/04/18

Patrick Lehyaric

"Israël fait de Gaza une prison à ciel ouvert"




  06/04/18




  23/03/18




 

01/03/18

Avec 450 autres prisonniers prisonniers incarcérés sous le régime de la  détention administrative, Salah Hamouri boycotte, le tribunal

Salah Hamouri a été présenté ce matin devant le tribunal à Jérusalem. Salah a annoncé devant la cour qu’il boycottait ce tribunal qui n’est qu’une mascarade de justice et qui ne lui permet en aucun cas de prétendre à un procès équitable.

Il a déclaré : « Je ne veux ni avocat ni représentation légale pour le simple fait que la détention administrative est une pratique illégale qui me prive de liberté. Il n’y a aucune charge contre moi et mon incarcération repose sur un dossier secret qui est contrôlé uniquement par les services de renseignements. Je ne veux pas participer à cette procédure dans ce lieu où la justice est la grande absente. Je demande à mon avocat de se retirer de cette audience ».

Cette audience a uniquement pour but de prendre acte de la décision émise le 26 février par le ministre israélien de la Défense, Avidgor Liberman, de prolonger de 4 mois la peine de Salah. Comme toutes les précédentes, elle ne permet en aucun cas qu’un véritable procès se tienne puisque les éventuelles charges contre les détenus administratifs ne sont jamais énoncées et publiques de sorte que la défense ne peut donc pas faire triompher la justice.


Afin de dénoncer ce simulacre de justice ainsi que tout le système de la détention administrative, les 450 Palestinien-ne-s incarcérés sous ce régime mènent actuellement un mouvement de boycott des tribunaux. Le juge a annoncé que cette audience était donc repoussée au 5 mars. Salah a annoncé qu’il boycottera une nouvelle fois l’audience

 




 

23/02/28

Salah Hamouri  la garde à vue prolongée de 4 mois ...!! le scanldale continue !... la lutte également !




 

23/02/18





 

20/02/18

communiqué de presse : 8 jours pour faire libérer Salah Hamouri !
Réuni.e.s vendredi 16 février 2018 à Ivry-sur-Seine lors de la " Nuit de la Liberté ", c'est plus de 500 personnes, avocat.e.s, élu.e.s, journalistes, intellectuel.le.s, militant.e.s des droits de l'Homme, responsables associatifs, citoyen.ne.s, qui se sont tenues aux côtés de la famille de Salah Hamouri, jeune avocat franco-palestinien, pour exiger sa libération à 10 jours de la fin écrite de sa période de détention administrative par les autorités israéliennes.

Arrêté dans la nuit du 23 août 2017 à son domicile de Jérusalem-Est et retenu sans la moindre preuve en détention administrative pour 6 mois, sur ordre d'Avigdor Lieberman, figure de l'extrême-droite israélienne et ministre de la défense, Salah Hamouri est une victime d'un arbitraire absolu de l'Etat d'Israël.

En s'attaquant à un avocat, membre l'association humanitaire " Adameer ", qui exerçait légitimement sa profession, Israël fait preuve d'une détermination à entraver les défenseurs du droit, qui luttent contre l'occupation.

Depuis 6 mois des milliers de personnes de tous horizons ont tenu à exprimer leur soutien à la famille à la famille de Salah Hamouri, Lors de soirées de soutien, à l'occasion de vœux lors d'assemblées délibérantes de plus de 50 collectivités territoriales, via des questions aux médias et jusqu'au sein de l'Assemblée Nationale et au Sénat

Plus de 1600 élu.e.s se sont engagé.e.s dont trois candidats à l'élection Présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Philippe Poutou.

*********

De nombreuses personnalités françaises et étrangères se sont jointes au mouvement telles que Noam Chomsky, Ken Loach, Angela Davis, Roger Waters, Brian Eno, Christiane Hessel, Vald, Ernest Pignon-Ernest, Michel Warschawsky, llan Pappé, Jean Ziegler, Abou Diaby, Robert Guediguian, Michael Mansfield OC ou Susan George.

Le Président français s'est lui aussi positionné contre la détention administrative de Salah Hamouri et a demandé sa libération à Benjamin Netanyahou le 10 décembre dernier, sans résultat. L'ordre de détention administrative porte les dates du 29 août au 28 février.

Il est exclu que l'arbitraire se poursuive encore après cette date.

Il nous reste donc aujourd'hui 8 jours pour réclamer plus fortement encore la libération de Salah Hamouri au plus tard le 28 février 2018 prochain.

 

Comme le déclarait Elsa Lefort, épouse de Salah Hamouri et porte-parole du comité de soutien lors de la Nuit de la liberté : " Notre mobilisation doit s'accentuer pendant ces deux dernières semaines. Il est impensable que la diplomatie française n'obtienne pas la libération de notre concitoyen, comme elle a pu par le passé obtenir celle d'autres Françaises incarcéré.e.s arbitrairement de par le monde.

Si sa détention était renouvelée ce serait dramatique pour Salah et ses proches, mais ce serait également un véritable affront fait à la France ". Il en va de l'honneur de la diplomatie française, du respect des droits humains les plus élémentaires et du respect droit international que notre pays doit défendre sans trembler.

Comité de soutien à Salah Hamouri

Paris le 20 février

 




 

14/02/18

Tous sur Arte, Mercredi prochain (mercredi 21 février - 23h25 – ou en replay)

Voir dossier télérama du 14/02/1

Mercredi prochain (21 Février), Arte va  diffusee le film La Chasse Aux Fantômes du réalisateur palestinien Raed Andoni. Ce film qui mêle fiction, documentaire et animation semble être un film événement à ne pas rater car il traite de la question des prisonniers palestiniens et des tortures qu'ils ont subies dans les geôles israéliennes ..... Le réalisateur Read Andoni est, lui même, passé par la "case prison" et la "case torture".




  23/01/18
Exigeons du gouvernement la libération d'Ahed Tamini !

Dans le cadre de la semaine internationale d’action lancée par Samidoun (du 10 au 20 janvier), écrivez au MEAE et à la Présidence :

Modèle de message :

Monsieur le Président / Monsieur le Ministre des affaires étrangères,
Vous connaissez la situation de Ahed Tamimi.
Voilà un mois que cette mineure est enfermée dans les prisons israéliennes au mépris du droit international.
Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour exiger de l’État israélien qu’il libère Ahed Tamimi et tous les enfants palestiniens détenus dans leurs prisons au mépris du droit international.
Signature

Des milliers de cartes pour l'aniversaire d'Ahed Tamini

Le 31 janvier Ahed Tamimi aura 17 ans.
C’est ce jour que le procureur militaire a choisi pour la convoquer pour la 5ème fois devant la cour militaire israélienne.
Certainement pas le meilleur contexte pour une jeune de 17 ans pour faire la fête.

Nous lançons donc un appel à lui envoyer des cartes d’anniversaire dans sa prison pour lui apporter soutien et solidarité.
Vous pouvez écrire à votre gré ou joindre le texte que nous vous proposons : de préférence en Anglais [1] ou en Arabe [2]

Envoyez vos cartes à cette adresse :
Ahed Tamimi
HaSharon prison
Ben Yehuda, P.O. Box 7
40 330 Israel

Tarif du timbre : 1,30 euros

 

Arrestation d'Ahed Tamini

décembre 2017

Reportage France 2

15 janvier 2018 : maintien en détention provisoire

Agée de 16 ans et arrêtée en décembre à la suite d’une vidéo devenue virale la montrant frapper des soldats israéliens, elle pourrait rester en détention pendant des mois.

Ahed Tamimi, l’adolescente qui est devenue pour les Palestiniens une icône de l’engagement contre l’occupation israélienne restera en prison jusqu’à son procès.

 

« Je ne vois pas d’autre alternative que d’ordonner qu’elle reste en détention jusqu’à la fin de la procédure », a décidé un juge militaire israélien. « La gravité des faits dont elle est accusée n’offre pas d’alternative à la détention », a-t-il ajouté.

La décision rendue par un juge militaire à la prison d’Ofer en Cisjordanie signifie potentiellement qu’Ahed Tamimi pourrait rester en détention pendant des mois.

Agée de 16 ans, Ahed Tamimi est l’une des protagonistes d’une vidéo qui la montre, avec sa cousine Nour, 20 ans, bousculer deux soldats israéliens, puis leur donner des coups de pied et de poing le 15 décembre en Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis plus de cinquante ans.

Photo : Ahed Tamimi est amenée à la salle d’audience à l’intérieur de la prison militaire d’Ofer, près de Jérusalem, lundi 15 janvier 2018. MAHMOUD ILLEAN / AP

 




  31/12/17

L'ONU a admis en son sein l'Etat palestinien (*) comme membre observateur...

137 pays représentant plus de 80% de la population mondiale ont reconnu l'Etat palestinien.

En France, l''Assemblée Nationale et le Sénat ont demandé la reconnaissance de l'Etat palestinien !...

... Emanuel Macron, comme ses prédédesseurs depuis plus de 20 ans  refuse toujours la reconnaissance de l'Etat palestinien !!

La détention administrative renouvelable sans limite est contraire aux Droits de l'Homme. Les accords UE/Israël sont fondés sur le respect des Droits de l'Homme... 

Salah doit être libéré, si non, c'est une raison de plus pour sanctionner et suspendre l'accord UE/Israël

Une année de mobilisation s'ouvre devant nous, citoyens français et européens pour exiger que nos respnsables politiques respectent le Droit, la Justice et la volonté des peuples !

(*)l'Etat Palestinien tel qu'il a été proclmmé en 1988 puis admis au sein de l'ONU comme membre observateurs s'étend sur l'ensemble de la Cis Jordanie et de la bande de Gaza, avec Jérusalem Est comme capitale.




 

21/12/17

 

Jérusalem à l’ONU : un revers majeur pour les Etats Unis

Les Etats-Unis ont essuyé jeudi à l'Assemblée générale de l'ONU une large condamnation de leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, après avoir multiplié les menaces financières contre les pays opposés à leur position.

Sur les 193 pays membres des Nations unies, 128 ont voté en faveur d'une résolution condamnant la décision annoncée le 6 décembre par Donald Trump sur Jérusalem, à rebours de la position américaine traditionnelle et du consensus de la communauté internationale (voir le vote)

Neuf pays (Etats-Unis, Israël, Guatemala, Honduras, Togo, Micronésie, Nauru, Palaos et îles Marshall) ont voté contre ce texte qui répond à une initiative des Palestiniens.

Toutefois, sous la pression des Etats Unis de Washington, 35 Etats se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Avant le vote, plusieurs ambassadeurs interrogés par l'AFP tablaient pour une adoption plus large, avec un score oscillant entre 165 et 190 votes pour.

Ce vote en Assemblée Générale n'est pas contraignant et l'administration américaine a fait savoir qu'elle ne changerait pas d'avis.

Un premier vote avait eu lieu au Conseil de sécurité de l’ONU quelques jours avant, lundi 18 décembre, au niveau du Conseil de sécurité : quatorze membres du Conseil de sécurité, dont ses alliés européens ont unanimement approuvé la condamnation de la décision américaine. Cette résolution n’avait pas été adoptée en raison du véto des seuls Etats unis.

Par avance, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait rejeté l'issue du vote, qualifiant les Nations unies de "maison des mensonges". Il s'est dit satisfait du résultat peu après le scrutin.
"Aucune résolution de l'Assemblée générale ne nous chassera de Jérusalem", a déclaré l'ambassadeur d'Israël Danny Danon au pupitre de l'ONU.

En réponse à la menace des Etats Unis de "noter les noms" de ceux qui ont voté la résolution, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a estimé que "l'Histoire note les noms" de "ceux qui défendent ce qui est juste" et de "ceux qui mentent". Il affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée". Il souligne que la question de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

Info AFPS Alsace

Pour rappel :

La ville de Jérusalem a été divisée par Israël en 1949 entre la partie ouest conquise et la partie Est restée à la Jordanie.

La partie Est a été occupée en 1967 par l’armée israélienne.

La ville de Jérusalem, dans sa partie Est a été une nouvelle fois divisée à partir de 2002 par la construction du mur qui a séparé de la ville de Jérusalem les zones d’habitation d’Al-Ram vers le Nord Est et d’Aboud Dis vers le sud, soit plus de 120 000 habitants séparés de la ville dans laquelle ils sont nés.

Ainsi ce sont ceux qui ont par deux fois ont divisé et divisent la ville de Jérusalem qui se targuent de la « réunifier » prétendant faire de Jérusalem la « capitale d’Israël », dans le cadre d’une  véritable épuration ethnique de ses habitants.

  06/12/17
Jérusalem : Face au droit, le fait accompli

Face à Donald Trump provocteur,

une seule réaction pertinente :

la reconnaissance par la Frnace de l'Etat palestinien

Le Président des États-Unis semble avoir parfaitement assimilé la politique israélienne du fait accompli. Il y a 70 ans Israël s'est emparé de la partie Ouest de la ville en violation du plan de partage décidé par l'ONU, et il y a 50 ans, il occupait Jérusalem-Est pour l'annexer et ensuite " l'unifier " pour la décréter " sa capitale éternelle, une et indivisible ".

C'est faire peu de cas des accords internationaux et des résolutions de l'ONU, qui définissent la ligne d'armistice de 1949 (la " ligne verte ") comme la frontière entre l'État d'Israël et le futur État palestinien : tout ce qui est à l'Est de la ligne verte, et notamment Jérusalem-Est, est internationalement défini comme la partie palestinienne de Jérusalem, destinée à devenir la capitale du futur État de Palestine.

Mais l'État d'Israël n'a jamais respecté aucune résolution de l'ONU, et particulièrement celles concernant Jérusalem, qui est au cœur de tous les projets israéliens visant à transformer l'identité de cette terre et à en déposséder les Palestiniens. L'accroissement à marche forcée depuis un an des constructions dans les colonies et le récent projet de loi visant à annexer toujours plus de terre autour de Jérusalem sont là pour en apporter la preuve.

Aucune ambassade n'est installée à Jérusalem justement parce que la communauté internationale ne l'a jamais reconnue comme capitale d'Israël, tant qu'un accord n'aura pas été trouvé avec les Palestiniens. Donald Trump n'en a cure, et contre vents et marées entend appliquer sa promesse de campagne de déménager l'ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Il y a 6 mois, il déclarait vouloir donner une chance à la paix. On se demande quel sens ont les mots pour cet homme-là. Et ce n'est pas un hasard si cela se produit au moment où se dessine le plan américain pour soi-disant résoudre le " conflit israélo-palestinien ". Dans un élan de générosité rarement égalé, il propose de laisser aux Palestiniens quelques enclaves isolées les unes des autres en oubliant bien sûr les questions de Jérusalem et des réfugiés.
Ce transfert de l'ambassade a pour objet la reconnaissance de facto de l'annexion de Jérusalem et son " unification ". Ce serait un acte irréparable : bien au-delà de la colère du peuple palestinien pour qui ce serait la énième dépossession depuis 100 ans, il enflammerait le monde arabe. Les mises en garde ne se comptent plus, mais nous craignons qu'elles aient peu d'effet, tant la vraie stratégie des États-Unis et d'Israël est aujourd'hui la guerre.

Il faut arrêter ces deux là et imposer le droit. Dès le lendemain de la déclaration de Trump, et sauf surprise sur son contenu, la France devra prendre acte de l'effondrement de la crédibilité des États-Unis pour toute solution de paix, et réunir des pays européens autour d'elle pour imposer le droit.

Avec, comme premier acte dans ce sens, la reconnaissance de la Palestine dans ses frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

Le Bureau national

06/12/17

Au delà des mensoges diplomatiques répétés à satiété, nous demandons au Préident de la République Française de joindre les paroles aux actes : la seule réponseà la provocation de Donald Trump est que la France reconnaisse immédiatement l'Etat Palestinien tel qu'il a été amis au sein de l'ONU comme membre observateur dans les frontières reconnues de 1967 et avecJérusalem Est comme capitale !




  30/11/17



  27/11/217

le 30 novembre prochain : 100 jours de détention pour Salah Hamouri !

Cher-e-s ami-e-s,
Comme prévu, à l'approche du 100e jour de détention de Salah, nous lançons un appel à action sur les réseaux sociaux !

Pour agir, c'est facile !

  1. Cliquez dès maintenant sur ce lien : http://thndr.me/YdwBwN

  2. Choisir de soutenir via Facebook et/ou Twitter le message qui sera publié automatiquement* par votre compte le 30 novembre à 12h00

  3. Cliquez sur "ajouter mon soutien" pour valider

  4. PARTAGEZ massivement ce lien !

 




  14/11/17

Depuis la prison du Néguev :

 Salah Hamouri nous adresse ces quelques mots.

 

"J’ai ressenti une étrange sensation, lorsque, le 23 août, aux alentours de 4h30, si je me souviens bien, j’étais tiré de mon sommeil par des bruits sourds. Quelqu’un s’acharnait sur la porte de mon appartement et appuyait nerveusement sur la sonnette à répétition. [...]

lire la suite

 




 

28/10/17

 

Situation de Salah Hammouri 

Extrait du point de presse de la porte-parole du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères 

 (Paris, 25 octobre 2017)

Au point de presse de ce jour, la porte-parole a fait les déclarations suivantes 

Nous sommes préoccupés par la situation de notre compatriote Salah Hammouri, détenu par les autorités israéliennes depuis le 23 août 2017. Il bénéficie de la protection consulaire de notre consulat général à Jérusalem, conformément à la convention de Vienne.

La dernière audience en appel à l'encontre de la décision de mise en détention administrative s'est tenue le 22 octobre à la cour suprême de Jérusalem. Ni notre compatriote ni ses avocats n'ont pu avoir connaissance des charges retenues.

La France rappelle que l'utilisation abusive et systématique de la détention administrative porte atteinte au droit à un procès équitable et aux droits de la défense.

Nous demandons que l'ensemble des droits de Salah Hammouri soient bien respectés et espérons sa libération. Dans cette attente, nous demandons aussi que sa famille puisse lui rendre visite.




  13/10/17
Réconciliation nationale palestnienne :

Une étape importante vers l’unité palestinienne

C’est avec un immense espoir qu’a été accueillie ce 12 octobre la nouvelle de l’accord de réconciliation entre Fatah et Hamas, un accord attendu depuis des années par la population palestinienne, notamment par les habitants de Gaza, qui subissent de plein fouet les conséquences de la division. La prise de responsabilité de la gestion de toute la bande de Gaza par l’Autorité palestinienne, en concertation avec les autorités du Hamas, est annoncée pour le 1er décembre.

Nous saluons chaleureusement cet événement qui doit permettre de rompre avec une division qui était un succès stratégique pour les ultras au pouvoir en Israël. L’unité palestinienne est une nécessité face à un pouvoir israélien qui sape systématiquement toute perspective de paix.

Nous savons en même temps que le gouvernement de Tel Aviv cherchera par tous les moyens et provocations à saboter cet accord. On se souvient de mai 2014 : quelques semaines après la constitution du gouvernement de réconciliation nationale palestinien, des provocations ont débouché une répression terrible en juin dans toute la Cisjordanie, et à la guerre criminelle contre Gaza pendant 50 jours en juillet août. La France qui a toujours rappelé la nécessité de l’unité nationale palestinienne doit être particulièrement vigilante face aux manœuvres et coups tordus qui pourraient advenir.

Gaza est déjà invivable et le blocus ne doit pas durer un jour de plus : en toute première étape, la liberté de circulation doit être rendue aux Palestiniens de Gaza et à tous ceux qui veulent leur rendre visite. La France doit rappeler fermement la nécessité de mettre fin au blocus.

Le Bureau national

13 octobre 2017

 

(*) Note de l’AFPS Alsace

Le gouvernement français doit maintenant abandonner le double

langage et le mensonge diplomatique !

Puisque la Palestine dispose d’un gouvernement unique sur l’ensemble

de son territoire, rien ne s’oppose plus à une reconnaissance

immédiate de l’Etat palestinien. Cette décision est du seul ressort de Président de la République. Elle est souhaitée par le Parlement français. Elle ne souffrirait d'aucune pression extérieure, qui remettrait notre

souveraineté nationale en question.




  25/09/17



 



  21/09/17
Ecrire à Salah, c'est :
  • L'aider à supporter son enfermement

  • donner un signal au gouvernement et aux geôliers que la situation de Salah préoccupe beaucoup de gens

  • Une marque de soutien à tous les prisonniers politiques palestiniens.

 

Attention !

Ne pas mettre d'expéditeur au dos la lettre.




 



 

Finalement Salah Hamouri est placé en détention administrative. La Cour de district d
Jérusalem décidera de sa peine exacte dimanche à 14 h 30 (heure de Paris).
Le pire est à craindre....




 
 

libéréz Salah !!

 

Salah Hamouri, un militant des Droits del'Homme...

 

Les médias et l'affaire Salah Hamouri...

un film de Nadir Dendoune...

un documentaire de... de 2009




  TWITTER : #liberezsalahhamouri




  30/08/17 : Salah Hamouri en détention provisoire, menacé de 6 mois de détention administrative...nous devons tous agir...

Dernière minute : manifestation à Paris à l'appel du collectuf national pour une paix juste et durable demain jeudi 31 août à 16h30 au métro Invalides

C'est la raison pour laquelle nous vous invitons :

- à adresser des messages : 

- sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien: https://jerusalem.consulfrance.org/Contactez-nous-par-mail

- sur celui du Ministère des affaires étrangères à l’adresse suivante : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/

en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger »

- à la présidence de la République  http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Message type :

« Je viens d'apprendre l'arrestation ce jour par l'armée israélienne sans motif de notre ami Salah Hamouri. 

L'arrestation de notre concitoyen - dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation -  est inadmissible et insupportable.

Je vous demande à ce que la France et l'ensemble de son corps diplomatique concerné agissent et mettent tout en œuvre pour obtenir sa libération.

Soyez assurés, Monsieur le « civilité » de mon entière considération. » 

Le bureau National de l'AFPS

 




  23/08/17

C'est la raison pour laquelle nous vous invitons :

- à laisser des messages : 

- sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien: https://jerusalem.consulfrance.org/Contactez-nous-par-mail

- sur celui du Ministère des affaires étrangères à l’adresse suivante : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/

en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger »

- à la présidence de la République  http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Message type :

« Je viens d'apprendre l'arrestation ce jour par l'armée israélienne sans motif de notre ami Salah Hamouri.

L'arrestation de notre concitoyen - dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation -  est inadmissible et insupportable.

Je vous demande à ce que la France et l'ensemble de son corps diplomatique concerné agissent et mettent tout en œuvre pour obtenir sa libération.

Soyez assurés, Monsieur le « civilité » de mon entière considération. » 

 - Par ailleurs nous invitons : 

-       chaque groupe local à transmettre le plus largement possible ce message auprès de nos partenaires et sympathisant.e.s 

-       chaque adhérent.e à le diffuser autant que possible

-       ·        chaque président.e.s de chacun de nos groupes locaux à écrire à la préfecture de son département pour transmission au président de la république

Le bureau National de l'AFPS




 



z



 



 



 



 



 



 



 



 

Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens

39° jour...

Ecrivez au Président de la République :

Consulter le site ACAT - Ecrivez au Président de la République




 

Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens

35°journée de grève

Voir le communiqué de presse annonçant le rendez-vous.

Voir l’appel à la grève de Marwan Barghouti, député palestinien emprisonné

 




 

Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens

26°journée de grève

Les grévistes de la faim entrent dans une période critique

Le Comité national de soutien aux prisonniers, qui ne mangent plus depuis vingt-six jours,

demande à l’Autorité palestinienne de suspendre les élections municipales prévues samedi.

Le Hamas et le FPLP boycottent le scrutin. 

 

Pierre Barbancey, l’Humanité, lundi 15 mai 2017




 

Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens

En raison du refus de l'ordre des medecins israéliens de pratiquer le nourrissage forcé des grévistes de la faim, le gouvernement israélien cherche à faire venir des médecins étranger !

voir Ma’an News, mardi 9 mai 2017

ou site AFPS National

Rappel : le nourrisage forcé des grévistes de la faimest conidéré comme un cate de torture par l'ONU

Pour participer à la campage de l'ACAT

Consulter le site ACAT - Ecrivez au Président de la République

 




 

 

Pour participer à la campage

 

Consulter le site ACAT - Ecrivez au Président de la République

 




  Lire le communiqué de presse de la CDH du 07/04/17




 

Le programme complet

 

Du 5 au 8 Avril

Cinéma Bel Air Mulhouse

 

Compte rendu de presse

 




 
 

du 5 au 10 mars :

Une délégation officielle de la Fédération des services publics CGT, conduite par Baptiste Talbot, son secrétaire Général, s'est rendue  en mission de solidarité en Palestine du 5 au 10 mars :

voir le journal de mission

Dimanche 5 mars Jérusalem

Lundi 6 mars Ramallah

Rencontre avec le secrétaire général du PGFTU (syndicat Palestinien officiel),

Rencontre avec un représentant de l'OLP

Avec un militant de la Résisatnce civile non violente

Rencontre avec la fédération palestinienne des syndicats indépendants

Rencontre le Parti du Peuple Palestinien

Mardi 7 mars

Nazareth - Tel Aviv

Rencontre avec la Histraduth en Gallilée

Rencontre avec l'association INMA'A

Rencontre avec le Parti communiste Israélien

Mercredi 8 Mars

Hébron, Beit saKriya, Wadi Fukin

Visite de la ville d'Hébron

Le village de Beit Sakariya

Le village de Wadi Fukin :

Une convention de coopération a été signée sur place avec la coopérative des femmes du village pour l’implantation d’un atelier de transformation de produits agricoles financé en commun par la Fédération des Services Publics et l’association de solidarité internationale de la CGT, « Avenir social ». L’objectif de ce projet soutenu par la CGT est de soutenir les habitants de ce village à résister à la colonisation en les aidant à rester sur leurs terres.

 




 
 

Excellente nouvelle pour la campagne BDS :

TEVA débouté de sa plainte tout comme les parties civiles

Un message de Richard Sroqosz

Bonsoir à toutes et à tous,

Nous étions au tribunal cet après-midi (23/02/17) pour connaître la décision suite au procès du 2 février m'incriminant en tant que président de notre collectif BDS 57.

Notre dossier était le dernier et j'ai eu la surprise d'apprendre que les juges avaient décidé la prescription dans cette affaire. Les trois parties civiles : TEVA santé, Avocats sans frontières et France Israël sont déboutées. Je ne suis ni relaxé, ni amendé et tout ce qu'on peut craindre selon Liliane Glock, notre avocate, ce serait que le Parquet fasse appel de la décision de prescription dans les dix jours, ce qui est peu probable...

Aussitôt l'avocate m'a téléphoné, ravie comme moi bien entendu. Je pense que c'est une première dans le genre : la grosse société TEVA et le lobby sioniste subissent une défaite et c'est très bon signe. Les tribunaux français ne sont pas encore prosternés devant les soutiens d'Israël. Peut-être ont-ils décidé de la prescription pour ne pas avoir à prendre parti dans un dossier scabreux ? On pourra le savoir...J'ai toutefois rappelé à Maître Glock qu'il restait la plainte déposée par le BNVCA portant également sur notre campagne TEVA de 2015. Je ne vois pas comment le procureur pourrait relancer un nouveau procès au vu du verdict de ce jour... Mais il faut rester prudent !

En tous cas, on peut parler de victoire juridique devant les tribunaux, mais également politique par l'élan de solidarité bien visible et bien embarrassant pour nos adversaires qui se sont crus obligés de partir à la charge contre BDS, mettant à profit le report du procès. Bien mal leur en a pris !

Encore merci à toutes celles et ceux qui ont manifesté leur soutien à notre collectif, par communiqués, dons et déplacements jusqu'à Metz. Cette victoire est aussi la vôtre !

Richard Srogosz pour le collectif BDS 57.




 
 

Conisation : Israël légalise le vol des terres en Cis-jordanie

Débat avec Taoufiq Tahani, président de l'AFPS le 7 février 2017 sur France 24




 
 

les 24 et 25 janvier 2017 au siège de la CGT à Montreuil

 




Le Théâtre National Palestinien sera à Strasbourg du 28/02 au 08/03 pour le spectacle d'Adel Hakim des "Roses et du Jasmin"


Le spectacle relate le parcours à travers 3 générations allant de 1944 à 1988 d'une famille dans laquelle convergent les destins de personnages palestiniens et juifs.