Programme    

Palestine/Israël

Mission découverte 2022

Menu


Date 31/05/22

AFPS Alsace

Le matin (Jocelyne)

Un départ matinal à pied pour découvrir le mur des lamentations et l'esplanade des mosquées avec le Dôme du Rocher et la mosquée Al Aqsa (certains y sont entrés). Pour y arriver nous passons par un check point, qui est pour certains (es) une première expérience… Une certaine tension dans la foule que l'on ne sait pas expliquer, la rigueur attendue de la tenue vestimentaire n'ont pas tout de suite permis de profiter en toute sérénité de ce lieu de recueillemen

    
   

Ensuite au cours de cette heure de déambulation sur le " Mont du Temple "chacun peut s'étonner de la beauté du site (mosquées, oliviers, vue sur le mont des Oliviers et écoles) et partager le pain de Jérusalem dans une ruelle ombragée. Le défilé israélien de dimanche " la marche des drapeaux " marquant, comme chaque année la conquête de la partie arabe de Jérusalem est encore présent dans nos esprits et on observe que le drapeau israélien flotte partout… tandis que le drapeau palestinien est interditt

 

Issa nous rejoint et nous allons retrouver Sarah Abbasy, directrice adjointe du Centre Madaa à Silwan.

 

Le quartier Silwan est une commune palestinienne, situé à Jérusalem Est occupée. Du fait de sa localisation stratégique aux portes de la vieille ville et de la Mosquée d'Al Aqsa,Silwan est une cible prioritaire des mouvements de colons israéliens qui s'y installent. L'Etat Israélien veut en faire un jardin publique avec des bassins d'eau. Nous sommes accueillis chaleureusement par des femmes de cette association d'" d'aide et de solidarité " pour le quartier. Avec beaucoup de forces et de détermination, elles nous disent que les palestiniens ne baisseront pas les bras et nous expliquent que les médias se désintéressent du sort de Silwan.

.

        L'Etat d'Israël sioniste indemnise les colons pour qu'ils habitent Silwan en mettant toute une infrastructure bien sécurisée et confortable pour les colons et leurs enfants. Les colons qui sont devenus des voisins trop proches géographiquement peuvent provoquer des situations conflictuelles. Hier encore des colons, par provocation ont frappé une jeune fille palestinienne devant des garçons, aussi à la demande des colons la Police intervient immédiatement et embarquent les jeunes palestiniens, pas les agresseurs. 
Les conditions de vie des familles sont plus que difficiles, il y a dans cette communauté 100 maisons pour 1500 habitants de tous âges. On comprend que cette association de femmes, de mères est un lieu de résilience et de résistance devant l'occupation. Elles organisent des temps d'échanges entre elles et proposent des activités à leurs enfants pour leur permettre de se construire un avenir (par les études, le travail…) mais est-ce bien suffisant pour pallier au stress et aux tensions quotidiennement présentes ? L'objectif de ce groupe de femmes est de faire connaitre la situation de vie quotidienne de leurs familles, des axes d'aides à développersur le plan juridique, de soutien psychologique et social, d'éducation et de formation des jeunes et du devenir de leur quartier.

 

   

L'après-midi (Pierre) :

Après un excellent repas et malgré des envies de sieste, nous faisons quelques pas à la rencontre d'Ana, qui nous entraine dans l'espace des fouilles archéologiques dans ce quartier de Silwan. Ana est israélienne, archéologue, guide officiel mais son discours est loin de la ligne officielle.

Ces fouilles tentent de trouver les traces de " la cité de David " qui aurait existé à cet endroit. Elles sont financées par l'Etat d'Israël et par des Eglises évangéliques des USA. Elles ont mis à jour des vestiges d'habitations du 7 au 9eme siécle av JC et des tunnels romains outour de l'an 0. Elles ont pour conséquence la démolition de maisons d'habitants palestiniens de Silwan.

Etape suivante : la visite du quartier juif de la vieille ville, puis du quartier chrétien, où les femmes sont attirées par et dans les boutiques du souk, alors que les hommes attendent patiemment de pouvoir étancher leur soif de bière palestinienne.